Qui est l’employeur ?

Il existe deux types d’organismes d’aide à domicile. Selon le type, le cadre juridique, les coûts et les implications diffèrent.

- Vous utilisez un organisme prestataire :
La personne aidée est dans la situation de client. Les intervenants sont des salariés de l’entreprise ou de l’association, c’est elle qui recrute et assure leur remplacement en cas de congé, de maladie, de démission,...
Si la personne aidée s’absente (hospitalisation, vacances,...) elle n’a rien a payer pour les prestations non effectuées. Mais cette souplesse a un coût du fait des salaires et des indemnités imposées par la convention collective du secteur.
Chaque fin de mois vous recevrez une facture correspondant au service utilisé.

- Vous utilisez un organisme mandataire :
La personne aidée est le véritable employeur de la personne.
L’association ou l’entreprise mandataire s’occupe de vous proposer du personnel et vous facture les frais administratifs pour le travail qu’il aura fait à votre place : bulletin de salaire, déclaration d’embauche,.... C’est une autre convention collective qui s’applique (celle du particulier employeur) d’où un coût horaire plus faible. Les inconvénients les plus importants de cette formule sont que si la personne aidée veut changer d’intervenant, elle doit entamer une procédure de licenciement. De plus si la personne aidée s’absente, le salaire de l’employé doit être maintenu.

Il est possible de se passer de ces intermédiaires et de recruter seul le personnel nécessaire (notamment grâce au site de la Fédération des particuliers employeurs de personnel de maison, http://www.fepem.fr). Mais cette solution vous prive de l’assistance des structures d’aide à domicile, et exige donc de votre part une plus forte implication, qui peut devenir très lourde à la longue.