Augmentation départementale de la taxe foncière

L’UDAF 78 regrette la forte hausse (66%) qui a été annoncée par le Conseil départemental concernant la part départementale de la taxe foncière.
Celle-ci va toucher de nombreuses familles alors que beaucoup d’entre elles ont été frappées par la baisse du quotient familial, la modulation des allocations familiales, le décalage de 4 mois de la prime de naissance, les plafonds de ressources augmentés pour la PAJE, l’obligation de partager le congé parental (PreParE) entre les deux parents…

L’UDAF 78 comprend que le Conseil départemental est confronté à une baisse drastique de la dotation globale de fonctionnement versée par l’Etat, à une hausse des dépenses sociales (RSA notamment) et de la péréquation entre départements.
Elle approuve les efforts du Conseil départemental de poursuite des économies de gestion, de non remplacement des départs en retraite, de développement des mutualisations avec les départements voisins.

Mais si l’UDAF adhère à la volonté du Conseil départemental de maintenir son programme d’investissement, elle aurait préféré que la hausse des impôts soit moins brutale et calquée sur les besoins de financement réels de chaque année. En effet, la hausse génèrerait environ 121 millions d’euros en année pleine alors que les besoins de financement pour 2017 ne s’élevaient qu’à 85 millions d’euros !

Même si les élus territoriaux ne sont pas responsables de la politique de l’Etat, ils doivent prendre conscience que les familles sont lassées du cumul des mesures fiscales qui pèsent sur leur budget et leur niveau de vie. Les élus doivent tout faire pour limiter au maximum l’impact des mesures fiscales qu’ils prennent car elles ne sont pas indépendantes les unes des autres !

Luc FLICHY
Président de l’UDAF 78