Comment mieux accompagner et mieux intgrer les personnes vivant avec des troubles psychiques ?

Six propositions pour changer la donne

Comment mieux accompagner et mieux intgrer les personnes vivant avec des troubles psychiques ? Le 9 dcembre, le Grand Rendez-Vous Parlons Psy, organis par la Fondation de France et lInstitut Montaigne, a permis de prsenter six propositions fortes. Des recommandations concrtes issues dune concertation mene dans toute la France, sur plus dun an, avec tous les acteurs concerns.

Rythm par des tmoignages, dbats, interventions, le Grand Rendez-Vous Parlons Psy a rassembl la Maison de la Chimie Paris des participants venus de tous horizons : personnes concernes, familles, soignants, associatifs et lus...Retour ligne automatique
La sant mentale est une question de socit majeure. Par lampleur de lenjeu, mais aussi par les rsistances qui entourent sa reprsentation. Cest un sujet complexe car il mobilise une pluralit de champs mdicaux et sociaux , a soulign Sophie Cluzel, secrtaire dtat auprs du Premier ministre, charge des Personnes handicapes, en ouverture de la journe.

Laffaire de tousRetour ligne automatique
Premire srie de propositions : celles qui visent faire de la sant mentale une responsabilit collective. En effet, les ides fausses, les tabous et la stigmatisation qui entourent les troubles psychiques contribuent retarder les diagnostics, compromettre leur prise en charge et exclure les personnes concernes de toute vie sociale ou professionnelle.

La souffrance psychique fait partie de la condition humaine, et chacun peut tre un jour touch par un trouble de cet ordre, a dclar Karine Pouchain-Grpinet, responsable du programme Maladies psychiques de la Fondation de France. Or les tudes montrent que ces troubles sont encore largement associs la folie et la dangerosit. Tout commence donc par linformation et par lducation, ds le plus jeune ge . Et au-del de lenjeu ducatif, ces propositions visent engager collectivement la socit pour un meilleur accs aux soins mais aussi aux droits des personnes malades.

Jamais rien pour moi sans moiRetour ligne automatique
Second axe, les propositions qui visent transformer le parcours de soin. Aujourdhui principalement centr sur lhpital, ce parcours reste mal articul avec les autres acteurs de la sant, du social et du mdico-social. Avec pour consquence un retard au diagnostic souvent dramatique : il se droule en moyenne 7 ans entre la premire crise et le diagnostic ! Le parcours de soin nintgre pas non plus suffisamment les thrapies complmentaires, non mdicamenteuses,qui ont prouv leur efficacit. En outre, tous les intervenants se sont retrouvs sur une ide : le parcours de soin nest quun maillon dune chane, dans laquelle les thrapies, la vie sociale, le logement, laccs aux droits, lemploi participent au rtablissement. Do limportance dune bonne coordination entre tous les acteurs.Retour ligne automatique
Les six propositionsRetour ligne automatique
1 Lutter contre la stigmatisation en sensibilisant ds le plus jeune geRetour ligne automatique
2 Former et professionnaliser les acteurs de premire ligneRetour ligne automatique
3 Favoriser laccs aux droits, notamment dans les domaines de lemploi et du logementRetour ligne automatique
4 Favoriser laccs aux soins en incitant les diagnostics prcoces et en allant vers les personnes concernesRetour ligne automatique
5 Crer les conditions favorables pour permettre lempowermentRetour ligne automatique
6 Valoriser lentraide et le savoir exprientielRetour ligne automatique
Pour dcouvrir lintgralit des propositions,Retour ligne automatique
tlchargez le livret de synthse Parlons Psy

Et maintenant ? Retour ligne automatique
Sadressant tous les participants, Frank Bellivier, dlgu ministriel la Sant mentale et la psychiatrie, a salu le dispositif : la dmarche Parlons Psy est indite, soyez assurs que je porterai ces messages au gouvernement . Lnergie collective et la richesse des changes au fil des ateliers Parlons Psy nous incitent imaginer une suite , a conclu Dominique Lemaistre, directrice du mcnat la Fondation de France. Notamment sous la forme dune confrence annuelle et participative sur la sant mentale, pour mesurer rgulirement les avances, tant en matire dthique, de qualit des soins, dintgration des malades et de leur entourage. Parlons Psy a fait merger une parole souvent touffe Ce nest quun dbut.

> En savoir plus sur le site de la Fondation de FranceRetour ligne automatique
www.fondation-de-france.org