Collecte La Mère & l’Enfant,
cette année c’est en ligne que je donne !

Du 20 mai au 20 juin 2021 retrouvez sur la plateforme de dons en ligne la collecte la Mère & l’Enfant en cliquant directement sur l'image.

L’Unaf a participé à la présentation du 26e Rapport annuel sur « L’État du Mal-logement » : des conclusions alarmantes

L’Unaf, représentée par Marie-Josée Balducchi, administratrice en charge du Logement et de l’Habitat, ainsi que Marilia Mendes, coordonnatrice du pôle Habitat-Cadre de vie, a suivi en visioconférence, le 2 février 2021, la présentation du 26e Rapport annuel sur « L’État du Mal-logement » de la Fondation Abbé Pierre, consacré aux conséquences de la crise sanitaire liée à la pandémie du Covid-19 sur le logement. Cet évènement s’est déroulé en présence d’Emmanuelle Wargon, ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée du Logement.
Le rapport dresse un triste constat de cette crise, qui n’est pas que sanitaire, mais aussi sociale et économique avec des impacts lourds sur les personnes les plus vulnérables et sur le mal-logement.
Manuel Domergue, Directeur des études de la Fondation Abbé Pierre, dénonce la « double peine » subie pendant le confinement par les ménages et les familles mal logés, qui ont vu leurs conditions de logement s’aggraver considérablement, avec des conséquences graves sur leur santé physique et morale et celle de leurs enfants, et un renforcement de l’isolement des sans-abris. Il alerte également sur la situation des jeunes particulièrement touchés et redoute une explosion des impayés de loyers et de charges pour les classes modestes, et parle de « bombe à retardement ».
Selon le sondage Ipsos réalisé début janvier à la demande de la Fondation, 32% des personnes interrogées ont connu une dégradation de leur situation financière (dont 43% ont moins de 25 ans, 45% sont des CSP moins, 44% sont locataires et 55% allocataires des APL). Par ailleurs, 13% des répondants ont eu des difficultés à payer les frais liés au logement pendant l’année 2020, dont 42% étaient bénéficiaires des aides personnelles au logement. Pour l’année 2021, 22% de l’ensemble des personnes interrogées redoutent d’avoir des impayés, et ce taux passe à 35% chez les jeunes.

Face à la gravité de la situation, Christophe Robert, Délégué général de la Fondation Abbé Pierre a rappelé l’urgence de mettre en place un Fonds national d’aide à la quittance doté d’au moins 200 millions d’euros, et de renforcer dans le même temps le Fonds d’indemnisation des propriétaires bailleurs afin d’éviter au maximum les expulsions. Il a également plaidé pour une meilleure prise en compte des plus fragiles dans le plan de relance avec notamment :
• un effort massif de production de logements locatifs sociaux et de rénovation énergétique des logements des ménages les plus fragiles ;
• la généralisation de l’encadrement des loyers ;
• une revalorisation immédiate des Aides personnelles au logement et un RSA jeunes pour les 18-25 ans.

En réponse aux attentes de la Fondation Abbé Pierre, la Ministre a annoncé plusieurs mesures, dont le prolongement de la trêve hivernale jusqu’au 1er juin afin de maintenir les locataires en difficultés dans le logement et éviter les coupures d’énergie, tout en indemnisant les bailleurs concernés grâce à un fonds d’indemnisation plus abondé et harmonisé. Elle est prête à travailler sur un fonds d’impayés de loyers, mais souhaite dans un premier temps actionner et renforcer les dispositifs existants comme les FSL. Elle a également fixé un objectif de construction de 250.000 logements sociaux d’ici 2022 avec l’appui d’Action Logement et fait part de son souhait de voir la garantie Visale étendue à tous les salariés dont les revenus sont inférieurs à 1.500€ net par mois. Enfin Emmanuelle Wargon a dit vouloir avancer sur la question du zéro reste à charge pour les travaux de rénovation énergétique.

Les demandes de l’Unaf
Pour l’Unaf, il y a urgence à agir face aux conséquences dramatiques pour les personnes les plus fragiles, pour les familles et leurs enfants qui subissent de plein fouet cette situation inédite qui touche toutes les générations. Elle soutient l’urgence de mettre en place le fonds national d’aide au paiement des loyers et des charges pour les locataires en difficultés et l’indemnisation des bailleurs, en particulier les « petits propriétaires bailleurs », qui pourraient se retrouver eux-mêmes en grandes difficultés de logement par effet domino. Elle insiste également pour que les familles en accession sociale à la propriété impactées par la crise sanitaire soient intégrées dans le plan d’actions.
L’Unaf demande que la période d’allongement de la trêve hivernale soit mise à profit pour accompagner les familles en difficultés notamment celles confrontées à une diminution de leurs revenus (chômage partiel ou total, arrêt de travail, baisse d’activités, perte d’emploi, l’impossibilité de trouver un nouvel emploi, ...) qu’elles soient locataires ou en accession sociale à la propriété. Elle insiste sur la nécessité d’intervenir le plus en amont possible pour anticiper et éviter le drame des expulsions.
L’Unaf rappelle que les Udaf sont plus que jamais mobilisées auprès des familles en difficultés pour les accompagner et les soutenir afin de leur éviter de sombrer dans le surendettement, de prévenir et éviter les expulsions et les aider à trouver des solutions de logement durables. Elles agissent à travers leurs nombreux services d’accompagnement social, budgétaire et familial (accompagnement social lié au logement, points conseils budgets, mesures judiciaires d’aide à la gestion du budget familial, accompagnement social et budgétaire des salariés en difficultés dans le cadre de conventions signées avec Action Logement services, ...) et au sein des différentes commissions de représentation où elles siègent (CCAPEX, commissions de surendettement, CAF, commissions de médiation Dalo, ...) avec comme objectif premier de sauvegarder le logement familial.
L’Unaf a également contribué à l’élaboration des propositions visant à répondre aux situations urgentes et d’autres de plus long terme permettant d’agir sur le maintien et l’accès à une offre de logements à la fois abordables et décents.

@ : mmendes@unaf.fr